Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Rapport parlementaire sur la sécurité routière : Sur le 2RM1, les parlementaires sont à coté de la plaque

Mercredi 19 octobre 2011, la mission parlementaire relative à l’analyse des causes des accidents de
la route a rendu son rapport. Pour la FFMC, les recommandations concernant les 2RM sont
inadaptées aux enjeux ou enfoncent des portes ouvertes.
Suite aux décisions bricolées par le CISR2 du 11 mai dernier, nous avions assisté à une valsehésitation
du gouvernement coincé entre ses effets d’annonce et le mécontentement des citoyens
lassés d’être traités comme des délinquants irresponsables. Face au ras-le-bol des usagers, le
gouvernement crée une mission d’information parlementaire sur la sécurité routière. Au terme de 60
heures d’auditions, elle a rendu son rapport ce matin.

La FFMC salue la promotion du continuum éducatif à la sécurité routière dès le lycée (ce qu’elle fait
déjà avec ses bénévoles), le relèvement de la vitesse des cyclomoteurs à 50 km/h et la
reconnaissance de la circulation interfiles des 2RM en cas d’embouteillages. En revanche, elle
regrette que ce rapport se contente de confirmer les décisions du CISR ou d’en appeler à des
mesures déjà prévues ou étudiées dans le cadre des directives européennes (accès progressif à la
puissance, ABS obligatoire, …). De plus, la mission sort de son rôle en préconisant un contrôletechnique
en cas de revente d’un 2RM, ce qui relève davantage de la protection du consommateur
que de la sécurité routière proprement dite.

Quant à une véritable prise en compte des gisements de réduction du nombre de tués au guidon d’un
2RM, c’est toujours le vide sidéral : mieux former les automobilistes à la coexistence avec les 2RM
dans le trafic, intégrer un module pratique 2RM dans la formation initiale des candidats au permis B,
empêcher les élus locaux d’installer des infrastructures routières dangereuses pour les usagers
vulnérables que sont les 2RM ? Rien, zéro ! Évoqués régulièrement parmi les 170 auditions de
spécialistes en sécurité routière, aucun de ces axes de travail essentiel n’apparaît dans les
propositions des députés alors qu’on reproche aux 2RM de représenter le quart des tués chaque
année sur les routes françaises.

La réponse à ce mystère apparaît finalement dans le dernier groupe de mesures du rapport. Celui
relatif aux usagers vulnérables : Il s’avère que seuls les piétons et les cyclistes en font partie. Pas les
motocyclistes, ni les scootéristes ou les cyclomotoristes. Les pouvoirs publics ne nous
considéreraient-ils « vulnérables » que lorsqu’il s’agit de nous faire endosser le massacre ?
En attendant, puisqu’il ne s’agit que de « recommandations », la FFMC se déclare toujours ouverte
aux discussions et aux débats pendant lesquels elle entend être entendue… à défaut d’être poliment
écoutée.

Contacts presse :presse@ffmc13.org
ffmc13

Auteur: ffmc13

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés



À voir également

mlle_pn__2016_08_19.jpg

Notre sécurité n'est pas un poisson d'avril

Le mauvais état des infrastructures, des routes met en danger au quotidien les usagers les plus fragiles dont font partie les deux et trois roues motorisés.

Lire la suite

Marc Bertrand

Durant les pics de pollution, la moto est une solution !

La circulation « alternée » lors des pics de pollution est une mesure arbitraire qui ne tient pas compte des spécificités de circulation des 2RM et qui ne distingue pas les motorisations. La FFMC rappelle qu’aucun 2RM ne roule au gasoil, qu’ils n’émettent pas de particules fines et que ce mode de transport économique est reconnu par l’Union Européenne comme un élément favorable à la fluidité du trafic routier. Il est donc aberrant de les soumettre à la circulation alternée.

Lire la suite