Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Conseil National de Sécurité Routière : Ne pas confondre vitesse et précipitation II !

MM_Vulnerable.jpgLes chiffres de la sécurité routière ne sont pas bons en 2014 et le bilan des derniers mois confirme cette tendance. Alors comme d’habitude, les tenants de la méthode forte reprochent au gouvernement de ne pas en faire assez et réclament la mise au pas des usagers sur le réseau secondaire. Sauf qu’à y regarder de plus près, cette remontée de l’accidentalité impacte surtout les usagers vulnérables, notamment les piétons et les cyclistes auxquels on ne peut tout de même pas reprocher de rouler trop vite.

MM_Vulnerable.jpg

Ces usagers vulnérables qui « plombent » l’année 2014 (dans un contexte de baisse constante depuis 40 ans) ont justement fait l’objet de toutes les attentions des commissions « deux-roues », « infrastructures routières » et « Jeunes-éducation routière » du Conseil national de la sécurité routière (CNSR). Pas à pas, en prenant chaque catégorie d’usagers en compte selon ses spécificités d’évolution dans l’espace public, plusieurs mesures sont proposées le 8 décembre, basées sur l’information, la prise de conscience des risques, l’amélioration des infrastructures, en mettant tous les acteurs (techniciens, élus et usagers) en lien… certes, ce n’est pas spectaculaire, il n’ y a pas de « mesure choc » propre à frapper l’opinion.
Ce travail patient et nécessaire n’est en définitive que ce qui devrait fonder l’action permanente de la sécurité routière depuis des années et qu’il n’est pas trop tard de prendre enfin en compte.

Pourtant, accusé d’inaction, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve maintient ce qu’il a déjà annoncé lors de la dernière réunion du CNSR du 16 juin dernier : expérimenter en 2015 une baisse de la vitesse à 80 km/h sur quelques routes secondaires accidentogènes sans séparateur central.

Et c’est cette seule annonce d’expérimentation de baisse de vitesse que semblent retenir les médias en matière de sécurité routière… Reste plus qu’à attendre les effets d’une telle mesure sur les piétons et les cyclistes.

A la FFMC, ça nous rappelle la parabole du doigt qui montre la lune…

ffmc13

Auteur: ffmc13

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


no attachment



À voir également

mlle_pn__2016_08_19.jpg

Notre sécurité n'est pas un poisson d'avril

Le mauvais état des infrastructures, des routes met en danger au quotidien les usagers les plus fragiles dont font partie les deux et trois roues motorisés.

Lire la suite

Marc Bertrand

Durant les pics de pollution, la moto est une solution !

La circulation « alternée » lors des pics de pollution est une mesure arbitraire qui ne tient pas compte des spécificités de circulation des 2RM et qui ne distingue pas les motorisations. La FFMC rappelle qu’aucun 2RM ne roule au gasoil, qu’ils n’émettent pas de particules fines et que ce mode de transport économique est reconnu par l’Union Européenne comme un élément favorable à la fluidité du trafic routier. Il est donc aberrant de les soumettre à la circulation alternée.

Lire la suite