Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Baisse de la vitesse maxi autorisée : non à l’inflation sécuritaire !

Manuel Valls s’est déclaré favorable à la baisse de la vitesse autorisée sur le réseau secondaire qui passera de 90 à 80 km/h avant la fin de l’année. Cette annonce de l’hyper-ministre est inspirée par les savantes cogitations d’un comité d’experts ayant calculé théoriquement qu’en faisant baisser la vitesse des véhicules en déplacement, cela faisait baisser la sinistralité routière…

0-fluo-awards-nikolaz-web-2b87c.jpg

Manuel Valls doit répondre à un objectif décrété par l’Union Européenne : passer sous la barre des 2000 tués sur nos routes en 2020. Sur les conseils de son administration, il opte donc pour la méthode la plus simple, la plus contrôlable (grâce aux radars automatiques)… et qui ne coûte pas grand-chose : décréter une nouvelle limitation de vitesse.

La FFMC dénonce cette surenchère réglementaire qui consiste à toujours surveiller, culpabiliser et finalement contraindre les usagers, plutôt que de travailler à d’autres alternatives :

  • donner enfin des moyens à la formation, éternel parent pauvre de la sécurité routière
  • freiner la privatisation des autoroutes, réseaux les plus sûrs, mais hélas les plus chers
  • pendre en compte les spécificités de circulation des usagers en 2RM, catégorie la plus fragile, pourtant laissée volontairement de côté par le comité des experts qui ne considèrent pas ces usagers comme assez nombreux, contrairement à la masse des automobilistes sur lesquels sont basés leurs calculs et leurs théories sécuritaires.

La sécurité routière, ça devrait être le partage de la route, l’apaisement des comportements, l’anticipation… mais avec une sécurité routière à l‘Intérieur, c’est encore et toujours la méthode forte et la répression qu’on retrouve à l’extérieur !

Avec cette annonce, le ministre met les usagers 2RM au pied du mur alors qu’en tant que représentants des usagers 2RM, la FFMC participait aux discussions engagées par ce même ministre… si la discussion est terminée, si elle n’a servi qu’à faire joli, si le bâton est à nouveau de sortie, alors il ne restera aux Motards en colère que ses moyens d’expressions traditionnels.

ffmc13

Auteur: ffmc13

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


no attachment



À voir également

mlle_pn__2016_08_19.jpg

Notre sécurité n'est pas un poisson d'avril

Le mauvais état des infrastructures, des routes met en danger au quotidien les usagers les plus fragiles dont font partie les deux et trois roues motorisés.

Lire la suite

Marc Bertrand

Durant les pics de pollution, la moto est une solution !

La circulation « alternée » lors des pics de pollution est une mesure arbitraire qui ne tient pas compte des spécificités de circulation des 2RM et qui ne distingue pas les motorisations. La FFMC rappelle qu’aucun 2RM ne roule au gasoil, qu’ils n’émettent pas de particules fines et que ce mode de transport économique est reconnu par l’Union Européenne comme un élément favorable à la fluidité du trafic routier. Il est donc aberrant de les soumettre à la circulation alternée.

Lire la suite